Les hôtels particuliers
>>
Accueil
>
A voir
>
Les hôtels particuliers
Vue

Les hôtels particuliers

Embarquer cet élément afin d'y avoir accès hors connexion
Une balade dans les petites rues de la commune de Vue, à la découverte des beaux hôtels particuliers...  
Développement économique La commune de Vue connut des modifications architecturales lors de son expansion économique des XVIIème et XVIIIème siècles.  Le Tenu, encore navigable, faisait à cette époque le lien entre la ville de Nantes et les communes du pays de Retz. Les échanges commerciaux passaient par conséquent obligatoirement par Vue. Le transport des marchandises sur le cours du Tenu était continu vers le sud du Pays de Retz ou vers Nantes. Vue, étant placée près de l'estuaire de la Loire et du port de Nantes, possédait un accès fluvial privilégié.  Les négociants Ce passage obligé des marchands et des personnes, va permettre à Vue de devenir un centre de négoce important comme le témoignent les riches demeures d'autrefois. De riches négociants venus de grandes villes commerciales se sont vite installés à Vue, commune à l'époque très prospère. Ils achetèrent des terrains et firent construisent des hôtels particuliers. Il s'agit de maisons imposantes et luxueuses qui sont bâties au sein même du bourg pour une même famille. Il s'agissait généralement de personnes ayant fait fortune à Nantes grâce au commerce de produits et de marchandises comme le sucre, les étoffes, les épices. Batisses familiales Les hôtels particuliers se distinguent des autres maisons de par leur architecture et leur positionnement. Ils se situent à l'écart de la rue entre une cour et un jardin.  La construction du canal de Buzay, puis du canal maritime de la Basse-Loire arrêta néanmoins cette expansion économique. Le commerce fluvial ne passant plus par le Tenu, Vue devient alors au fil des années une commune rurale.  Quelques-unes de ces bâtisses, témoins de l'importance économique de Vue d'une époque, sont encore visible aujourd'hui dans le bourg :  2 place Sainte-Anne, Cette maison bourgeoise fut édifiée à la fin du XVIIIème siècle par Claude Aubinais, issue d'une famille de négociants à Nantes, Vue, Paimboeuf et Saint-Domingue. Le propriétaire à trois autres frères, tous négociants à Vue et tous édifièrent des maisons bourgeoises dans le bourg de Vue. En 1911, l’un des descendants loue la moitié de la demeure à l’administration des Postes et Télégraphes jusqu’en 1965.  2 rue de la Tannerie. Avant la Révolution, c'est le presbytère qui occupait les lieux. Le domaine, ancienne métairie, est vendu comme bien national et plusieurs acquéreurs se partagent la propriété. Dominique Hannel, ancien moine de l'abbaye de Buzay, nommé curé constitutionnel de Vue, acquis les jardins. Tandis que Charles Aubinais achète l'ancien presbytère. Deux autres familles possèdent différentes terres appartenant à la cure et la métairie,  Aubinais va racheter les jardins en 1795 et agrandit la demeure d'une nouvelle construction. En 1804; il revend le tout (jardin et presbytère) à une famille donnant plusieurs générations de médecins. La propriété est utilisée comme cabinet médical jusque dans les années 1980. Plus récemment, après de nombreux travaux, un gîte touristique ouvre dans l'ancien cabinet médical en 2017. 43 route de Paimboeuf. Cette maison du XVIIIème siècle est la résidence secondaire de la famille Marionneau, armateurs de Paimbœuf. Son fronton porte l'inscription suivante : "1790, Brunes et le Vilains." Un détachement républicain l'occupe pendant la Révolution. Elle reste dans la même famille jusqu'en 1991. 15 route de Nantes. Cette demeure datant de la fin du XVIIIème siècle est construite par l'un des quatre pères Aubinais. Elle ne présente que des fenêtres côté rue. Un porche préserve l'intimité de la maison réalisée d'après un plan en L qui s'ouvre sur un parc. Les communs sont construits en pierre et en brique. Sources : Le Patrimoine des communes de la Loire Atlantique (éditions Flohic, 1999), Association Vue sur le marais...

Contact

44640 LES MOUTIERS-EN-RETZ

Météo